Souviens-toi d’oublier... de Pierre-Lionel Cayla

 

On me dit parfois : « Pourquoi sommes-nous si compliqué ? », en parlant des rapports humains. Mais n’est-ce pas tout le charme de la vie ?

Dans son internat, Pierre, lycéen de 16 ans, s’est forgé une réputation de solitaire et de mauvais coucheur. Il lui semble plus commode de ne pas être aimé que de l’être, plus confortable de ne pas aimer que de le faire : ainsi pas de comptes à rendre.

Mais voilà, la vie nous réserve bien des surprises. On ne maîtrise pas l’amour, comme on contrôle une envie de chocolat en plein régime ! Pierre nous détaille son combat pour guerroyer contre ce sentiment nouveau. Lutter contre l’amour, c’est oublier qu’il est enfant de bohème, et n’obéit à aucune loi rationnelle.

L’amour nous transcende, nous élève et nous bouleverse, mais il peut aussi nous faire souffrir. Pierre pourra-t-il oublier ? Hélas pour lui, mais heureusement pour nous, lecteurs, il s’est souvenu qu’on ne peut jamais oublier. Sinon, je n’aurais jamais lu ce livre et ce serait bien dommage.

 

Voici le 4ème de couverture :

 

Être aimé ? Pierre n’aime pas : jamais on ne lui a appris ce que c’était. Aimer ? Pierre n’aime pas : jamais il n’a appris le rôle.

Ce qu’il a connu dans son enfance ne le dispose à rien de cela. L’amitié, l’affection, l’amour plus encore, tout cela lui semble tellement source de complications et de désappointements qu’il s’y refuse. Pourtant, il n'est pas un garçon foncièrement méchant, même s’il tient plus de l’ours mal léché que de l’ami désirable.

Et puis... tout bascule. À partir de sa rencontre avec Christophe, sa vie prend un tour différent...

Peut-être un avant-goût du bonheur ?

« Souviens-toi d’oublier » n’est pas à proprement parler une œuvre revendicatrice. Le roman de P.-L. Cayla se lit plutôt comme une étude amoureuse, qui s’étend des prémices de la passion aux souffrances qu’elle peut engendrer, en passant par son paroxysme. Une étude dont le sujet principal, Pierre, met en lumière ce que l’amour a de bouleversant (et même de révolutionnaire) en termes d’ouverture de soi et de manière d’aborder l'existence. Récit mené avec acuité et tact, histoire aussi d’une relation puissante, salvatrice et enchantée, le texte de P.-L. Cayla transcende tous les débats pour mieux démontrer que l’amour est avant tout question de reconnaissance et d’évidence entre deux êtres.

Souviens-toi d’oublier... de Pierre-Lionel Cayla
Retour à l'accueil