Vous avez fait le compte du nombre de questions qu’on nous pose ou que nous nous posons tous les jours ? C’est phénoménal ! Pire que chez nos amis de la police.

Ça commence dès le matin :

-           Je me lève ou je ne me lève pas ? Encore cinq minutes… Merde déjà une demi-heure !

Même le chien hésite :

-           Je lui lèche le nez ou la main ?

Le nez n’essaie même pas, tu viens de te lécher le trou du cul. Je t’ai vu. 

-           D’abord la douche ou déjeuner ?

-           Un sucre ou deux ?

-           Attends, je ne me souviens plus. Laisse-moi réfléchir… Je viens de me réveiller quand même !

-           Tu m’aimes chéri ?

-           Ben oui ! Pourquoi ?

-           Cupcake ou gaufre ?

Là ce n’est même pas la peine de poser la question.

-           Pull… ou pas pull ? La veste d’été ou le vieux manteau d’hiver ?

-           L’autoroute ou la forêt ?

-           L’ascenseur ou les escaliers ? Au point ou j’en suis… retard pour retard…

-           Prendre un café ou me faire engueuler tout de suite ?

-           S’occuper des clients ou séparer les deux collègues qui sont en train de s’entretuer ?

Pas important, des deux côtés je vais me faire engueuler.

-           Re-café ou re-travail ?

-           Menu ou plat de jour ?

-           Et avec ceci ?

-           Laissez-moi respirer !

-           Fromage ou dessert ?

-           Café ou addition ?

Ben à choisir…

-           Sieste ou boulot ?

-           Partir à l’heure ou fayoter en faisant des heures ?

Bon j’avoue que ces deux dernières…

On croirait un interrogatoire chez les flics – l’un n’empêche pas l’autre, ça c’est pour les bons jours ! – « Et où étiez-vous le 30 avril 1998 entre 20H et 20H01 ? »

Bien sûr entre temps on nous a demandé mille fois :

-          Ça va ?

Le pire c’est qu’à chaque fois on a répondu !

-          À quoi tu penses ?

-          Pourquoi tu tournes à droite ?

La fois suivante quand, pour faire plaisir, vous tournez à gauche…

-          Tu ne tournes pas à droite aujourd’hui ?

Là, si vous voulez rester courtois… il vaut mieux ne rien répondre !

 

 

Retour à l'accueil