J’ai regardé sur mon mur, je n’ai rien vu. Il parait que je me suis fait tagger ! Par une fille en plus. Oh les boules ! La semaine dernière je marchais tranquillement sur le trottoir quand j’ai croisé une jeune fille, seize – dix-sept ans. Le trottoir était large, il y avait de la place pour deux. A une trentaine de mètres de moi, elle s’arrêta soudain pour cracher délicatement un vieux molard par terre. Vous savez comme font les clodos du centre ville. Parait que Brassens faisait pareil sur scène pour cacher sa timidité. Vous deviez être très timide mademoiselle !

Vous crachez par terre, vous me taggez… Faudrait voir à vous calmer les gamines !

Merci Immuable, ça fait plaisir ! Tu vois, je le savais qu’il fallait passer discrètement sur ton blog sans se faire remarquer. Mais voilà avec ma grande gueule et grâce à Charlotte aussi – merci Charlotte – il a fallut que je te laisse des coms.

Bon, c’est quoi ce jeu de fille ? Il faut que je réponde à une question ! Je vais te la faire ma réponse, tu ne vas pas être déçue. Je vais te saouler avec des mots, tu vas en avoir marre, tu ne vas même pas aller au bout de ma réponse. Et quand tu auras fini de lire tu ne te rappelleras même plus du sujet. Non mais sans blague !

Bon, c’était quoi déjà la question ?

 

Si Amélie Poulain aime briser la croûte d'une crème brûlée avec la pointe de la petite cuillère, faire des ricochets sur le canal Saint Martin et plonger la main dans un sac de grains, nous avons tous et toutes des petits plaisirs qui n'appartiennent qu'à nous et nous redonnent du baume au cœur.
Quels sont, comme Amélie, les trois petits plaisirs qui vous redonnent le baume au cœur?

 

Amélie Poulain ! Qui c’est celle-là encore ? Une journaliste tagueuse sans doute. Elle aime briser la croûte ! C’est bien une expression de fille ça. On dit casser la croûte. Elle aime plonger sa main… Elle plonge sa main dans ce qu’elle veut, je m’en fous !

Bon en clair tu veux quoi Immuable ? La recette de la crème brulée ? Une croisière en pirogue sur le canal de l’Ourcq avec des rameurs africains qui chanteront pour invoquer la pluie ? Un sac de 50 kilos de farine ? Tu pourras même y plonger la tête et  les deux mains si tu veux, même que pour la tête je pourrais t’aider !  Il fallait le dire, tu n’étais pas obligé de cracher par terre et de me tagger pour ça !

 

Alors, c’était quoi la question déjà ? Des plaisirs qui donnent du baume au cœur, j’en connais plein mais je ne peux pas les dire, ben non, je n’ai pas envie de me faire virer d’Over-Blog. Je vais faire un effort mais c’est bien parce que c’est toi.

 

Un truc que j’aime bien, surtout en juin. On peut le faire un autre mois si tu veux mais en juin c’est plus pratique : m’endormir entre deux pubs dans mon fauteuil pendant le tournoi de Rolland Garros. Tu comprends pourquoi c’est mieux en juin, Rolland Garros en décembre ça ne le fait pas. T’as déjà essayé ? Je te vois venir, tu vas me répondre : « Je travaille moi monsieur pendant le tournoi de Roland Garros ! » Ben tiens, je vais te croire. Si je t’écoute, toute la France travaille en juin. Les retransmissions en direct ce n’est que pour moi tout seul ! Je me gausse. En tout cas c’est génial, tu verras quand tu seras vieille. On est là, on lutte en vain contre cette douce torpeur qui nous envahit irrésistiblement… Tu sais… comme toi au boulot après le repas ! On tente de suivre la balle et le score aussi tant qu’à faire. Et c’est dur, tu sais ce que c’est, nous les mecs tenter de faire deux choses en même temps… C’est comme te demander de me dire ou t’as encore planqué le décapsuleur de bière pendant que tu téléphones. Tu la vois bien la comparaison ? Je savais que tu allais comprendre tout de suite, une fois n’est pas coutume !  Donc tu es là, tu tentes de lutter mais tu ne peux pas. Oui j’ai bien compris que tu n’y étais pas mais au boulot, ok. C’est une supposition, écoute quand je parle sinon tu vas encore me poser des questions intelligentes dont tu as le secret, genre :

-            C’est quoi ? Un match de tennis ?  

-           Non, non, c’est un reportage sur la capture des antilopes en Haute-Loire, c’est pour ça qu’il y a un filet !

Donc disais-je, tu luttes, tu luttes, c’est bon… tu viens à peine de t’endormir depuis deux secondes, entre le premier et le quatrième set et là tu as un âne qui entre, puisque c’est juin, qu’il est sensé faire beau et que la porte est restée grande ouverte. Le voilà qui débarque, qui te réveille en sursaut :

-           Ah c’est Rolland Garros ! Qui c’est qui gagne ? 

Oui, car le visiteur est toujours très observateur et très perspicace. Ben oui, c’est Rolland Garros, merci de l’info. Je n’en sais rien qui gagne, ce n’est pas important, de toute façon on ne peut le savoir qu’à la fin !

-           Tu dormais ?

La question qui tue. La grosse balafre que j’ai au travers de la joue… ce n’est pas une blessure de guerre !

Et voilà pour un. Dommage que ce n’est qu’une fois par an, on devrait faire Rolland Garros plus souvent. Je devrais même m’enregistrer les 135 heures de reportages pour les soirs où j’ai des insomnies. Quand j’étais plus jeune j’y allais à Rolland Garros, il y avait de superbes restaurants qui ont été remplacés par de la restauration rapide, ça ne vaut plus le coup.  Surtout qu’il faut être en bonne condition physique pour faire Roland Garros même en tant que spectateur. La pluie, le vent, re-la pluie, re-le vent. Non c’est faux en fait le vent c’est toute la journée. Un jour j’ai croisé PPDA c’était avant les implants, à l’époque où il se rabattait la dernière mèche sur le haut de crâne, coup de vent : boum ! Décapotable !

Une autre fois… tu vas rire. Non, ça ne te fais pas rire ? Oh, là, là !

Bon, et d’un qu’est-ce que je vais bien pouvoir trouvé pour le deuxième ? Je verrai ça demain. Tu ne croyais quand même pas que j’allais te répondre en une seule fois. Ooooh, mais c’est dur la « tagga… taggada… taggadation. » 

Ça fait mal aux yeux le rouge, hein ? ça t’apprendra !

C’était Alexis qui n’ira plus sur le blog des filles. Enfin… pas tout de suite.

 

Bon, je remets tout en bleu mais c’est uniquement pour faire plaisir à Pat et Stephan, d’accord Immuable ? Qui s’en fout complètement d’ailleurs…


Retour à l'accueil