Livre - bis 

J'ai tout vu de toi.

Avec toi, je suis allé de surprise en surprise.
J’ai tout vu de toi et pourtant, j’ai le sentiment que tu n’as pas fini de m’étonner…

Je t’ai vu descendre du ciel, un matin d’hiver.

Je t’ai vu seul, sombre et silencieux.

Je t’ai vu étonné, curieux et inquiet.

Je t’ai vu inaccessible, énigmatique et mystérieux.

Je t’ai vu courir, nager et jouer… Jouer à un jeu que j’ai adoré !

Je t’ai vu sérieux et en colère, à l’assaut d’un théâtre !

Je t’ai vu à moitié nu.

Je t’ai vu la tête dans les nuages, me promettre de ne plus jamais me quitter.

Je t’ai vu triste, inquiet et malheureux.

Je t’ai lu désespéré.

Je t’ai vu radieux et malicieux.

Je t’ai vu paniquer devant mon père.

Je t’ai vu pas le moral.

Je t’ai vu sans défense, endormi dans mon lit, la tête bercée par tes rêves ou tourmentée par tes cauchemars.

Je t’ai vu t’envoler très haut.

Je t’ai vu pleurer de joie et de chagrin.

Je t’ai vu furieux, atterré et agressif.

Je t’ai vu indifférent, dans les bras d’un autre.

Je t’ai vu maltraité, meurtri dans ton cœur et dans ta chair.

Je t’ai vu vaincu, la peur au ventre, sans défense, face contre terre.

Je t’ai vu dans mes bras.

Je t’ai vu résolu, buté et obstiné.

Je t’ai vu enivré par l’odeur du dentifrice, du café et du pain grillé.

Je t’ai vu radieux, épanoui et émerveillé devant la vie.

 Je t’ai vu t’entêter à ne pas vouloir quitter ce restaurant.

Je t’ai vu martyrisé. C’est la dernière image que j’ai eue de toi.

 

J’ai vu toutes ces choses et j’aurais pu en voir bien d’autres encore. Mais je ne saurais te dire laquelle m’a le plus ému, le plus perturbé, le plus chahuté. Elles m’ont toutes fasciné. Jour après jour, je n’ai cessé de te découvrir. J’ai adoré chacun de ces instants.

  

Retour à l'accueil