le-diner-de-cons-jacques-villeret.jpg

-   J’en ai marre !

- Encore ?

 Oui, je sais. J’en ai mare de beaucoup de choses en ce moment. Marre de m’imposer des contraintes, ou plus exactement de m’en laisser imposer. Hélas, le savoir vivre oblige. Et à moins de se résigner à vivre comme un sauvage (que je ne suis pas) impossible de refuser toutes les invitations.

L’ennuie, c’est que depuis le « Dîner de cons » on a toujours un vieux doute. Je me rassure en me disant que le vrai con, ne se pose jamais ce genre de questions. Mais bon…

Comment ne pas se demander : « Pourquoi ont-ils toujours envie de m’inviter ? ». Je n’ai trouvé que quatre réponses plausibles. Commençons par la plus flatteuse.


 1 – Ils m’aiment trop. (Bon, je sais…)


 La plus dérangeante :


2 – Ils aiment trop ça…, les cons.


 La troisième, assez similaire, est quand même différente :


3 – Besoin d’un bouffon.


 Ce n’est pas la même chose car le bouffon n’est pas forcément con. C’est un comique capable de mettre de l’ambiance, voir, quand il est très en forme, de foutre un sacré bordel. Et enfin, dernière option :


4 – Besoin d’un bouclier ou pare-choc, appelez ça comme vous voulez. C’est le couple qui appréhende de se retrouver seuls, soit entre eux, soit avec de prétendus « amis » qui les ont invités et qu’ils se sentent obligés de réinviter…


 -       Tiens ! Et si on invitait Alexis ? (Ben oui, tiens ! Pourquoi pas ?) Ou ils vont bien s’entendre, ou ils vont se foutre sur la gueule. Dans les deux cas, ça peut être drôle.


 Malheureusement, si les fameux « amis » sont des buses à la Christine Boutin… Vous devrez supporter toute la soirée des réflexions (apprises par cœur, quand ils en ont un) de beaufs de base en chaleur…

Le genre qui sait tout sur tout et qui après deux verres ne trouve plus le bord de la table pour poser son coude (si vous voyez ce que je veux dire ). Bref, les bons croyants, homophobes et racistes.

 

La soirée peut être longue ou très drôle, c’est selon. Si ce sont de vrais cons, elle sera hilarante. Le problème c’est que j’ai toujours énormément de difficultés pour me lâcher à fond et sans scrupule. (Les plus jeunes dans ma famille en ont moins que moi). En plus ça fait trop mal aux mâchoires de rire toute une soirée. Si ! Je vous promets que c’est vrai.

Retour à l'accueil