Chaise-de-jardin.jpg 

C’est une chaise ordinaire

Non, elle est tout sauf ordinaire

C’est sur elle que tu m’attendais

Un après-midi de juin où la solitude te pesait

Les images jamais ne disparaissent

Celle-ci plus particulièrement

Quelque part dans ma mémoire

A vie, gravée elle restera

Tu m’attendais, tu lisais

Non, tu faisais semblant

Souvenir inoubliable d’un passé révolu

Je t’ai aussi longtemps en vain attendu

Incertaine attente ou surprise imprévue

Je ne sais ce que je préfère le plus

D’autres souvenirs depuis sont venus

Certains sont si beaux

Qu’on m’accusera de fabuler…

De les avoir inventés

Tant pis pour les sceptiques

Je les laisse à leur incrédulité

Ces souvenirs je les adore tous équitablement

Mais s’il en est un que j’affectionne particulièrement

C’est bien celui de cet amour inavoué

Sur cette chaise vénérée

Si tu ne t’y étais pas assis

Elle perdrait de sa divinité

Je passerai près d’elle sans la voir

Depuis notre séparation

Je la vénère comme un lieu sacré

Je m’y assois avec respect

Je t’y attends

Tu vas venir je le sais

Nous nous le sommes promis

J’ai besoin de toi

Tu ne peux m’abandonner indéfiniment

Je parle d’abandon

Quand c’est moi qui suis parti

Les séparations sont douloureuses

Les absences insupportables

La mort impitoyable

Retour à l'accueil