Combat-d-hiver.jpg

Faut-il, dans un dialogue entre deux personnes, préciser en permanence qui parle ? Oui, de toute évidence, surtout si l’échange s’éternise. Mais bon… le préciser à chaque ligne comme dans le Petit Prince, avec tout le respect que je dois à Saint-Ex, est un peu lourd.


 Page 74 :

- Ah ! dit le renard... Je pleurerai.

- C'est ta faute, dit le petit prince, je ne te souhaitais point de mal, mais tu as voulu que je t'apprivoise...

- Bien sûr, dit le renard.

- Mais tu vas pleurer ! dit le petit prince.

 -Bien sûr, dit le renard.

- Alors tu n'y gagnes rien !

- J'y gagne, dit le renard, à cause de la couleur du blé.

 

Je sais que certains vont me charrier en me demandant si j’ai déjà lu la suite, mais bon… N’avez-vous rien remarqué ? Il en a oublié un ! Un moment d’inattention probablement…

Deux autres extraits de Jean-Claude Mourlevat dans « Le combat d’hiver », édité chez Gallimard quand même ! Ben…, comme Le Petit Prince d’ailleurs !


Page 16.

- Vos noms ?

- Dormann Helen, dit Helen en tendant sa carte.

- Et vous ?

- Bach Milena, dit Milena et elle posa sa carte.


Page 24 :

- Vos noms, c’est comment ?

- Moi c’est Helen, dit Helen, et elle c’est Milena.


 En même temps…, ça lève le doute : c’est bien Helen qui dit : 

« Moi c’est Helen » ! Ben quoi ? Ce n’est pas vrai ? 

Ce qui m’a fait sourire à la fin du roman, et oui, j’ai déjà lu la fin… C’est que l’auteur remercie un certain Thierry Laroche de chez Gallimard pour ses remarques pertinentes et toujours amicales !  Amicales ? Je le crois sur parole. Pertinentes ? Semblerait qu’il n’ait pas tout vu Thierry ! Mais bon… Qui suis-je, pour critiquer « Galli » ?    

Retour à l'accueil