Chinois.jpg

Aller au restaurant, avec deux gamines de mon âge… faut pas le faire ! Sauf si vous êtres en quête d’un nouvel article pour votre blog. Car une fois qu’elles ont fait le tour de toutes celles qu’elles ont dans le pif, de quoi parlent-elles malgré quelques vaines tentatives de diversion ? Je vous le donne Emile… De leurs maladies !... Heureusement il m’en faut plus pour me couper l’appétit. Mais quand même : à un moment j’ai cru que mon riz cantonais ressemblait étrangement aux ganglions de Julie, qu’elle a en chapelet autour de la plèvre ! Et j’imaginais bien sa tyroïde atrophiée, flottant dans ma sauce au curry, entre les cuisses de grenouilles et les crevettes…

 

Sinon, l’est très gentil le chinois serveur, mais c’est quand il m’a tendu la carte des vins à l’envers avec son niais sourire (je fais ce que je veux ! C’est mon blog ! Les adjectifs je les mets où je veux !), que j’ai compris qu’il ne devait pas tout maîtriser dans notre alphabet. Ou peut-être était-ce un test pour voir si je savais lire ! Quel blagueur !

Julie se demandait si les côtes de porc dans l’échine, et dans la gamelle des entrecôtes, étaient vraiment du bœuf, comme le prétendait l’étiquette ! J’ai tenté de lui expliquer que depuis Tchernobyl il ne fallait plus s’étonner de rien. Que les bœufs n’étaient pas plus grands que des cochons et avaient parfois des têtes de cheval, comme certaines crevettes… communément appelées hippocampes ! Bref gros délire pour sortir des scanners et de la chimio… Sous les salves de rire chevalin de notre chère Julie. Car, quand elle a compris une blague…, bonjour les décibels !  Bref, nous ne sommes pas passé inaperçus, surtout quand j’ai failli foutre le feu aux gambas que j’avais oublié sur la plaque chauffante électrique au milieu de la table !

Je vous fais la version courte, car avec la fumée des gambas en détresse et mes doigts dégoulinant de sauce crevettes, que j’avais un mal fou à décortiquer…, je n’ai pas pu prendre de notes. J’aurais dû. Juste pour prouver au chinois serveur que je n’étais pas si con que j’en avais l’air !

Promis Julie, je t’inviterai encore chez le chinois serveur… Mais quand tu seras guérie !              

Retour à l'accueil