Con-2.jpg 

    Il est trop con ce mec !

    Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

    Ben ça se voit non ?

    Ouais, évidement. Comment reconnais-tu les cons ?

    Ben… ce sont les autres !

    Ça, on est bien d’accord. Quoi que… Pas forcément. Qui ne s’est jamais dit : « Mais quel con ! Je suis vraiment trop con ! »

    C’est vrai, je le dis souvent.

    Ah, tu vois et sachant que tu es un expert, qui pourrait en douter ?

    Oh que oui je m’y connais. Un con c’est quelqu’un qui fait chier.

    Mais encore ?

    Quelqu’un qui ne fait pas ce qu’on voudrait qu’il fasse, qui a un comportement imprévisible ou irrationnel.

    Par exemple ?

    C’est simple regarde, je lui ai dit : « Je t’aime. » il ne m’a pas encore répondu. Il est con ou quoi ?

    Ou quoi.

    Les cons ne nous ressemblent pas, ils sont différents.

    Selon ces critères… il y en a beaucoup forcément.

    Je ne te le fais pas dire. Le con n’a que des idées à la con. Il n’est jamais d’accord avec moi et ne se rend même pas compte que j’ai raison.

    A ton avis, il y en a combien sur terre ?

    Ooooh !... Je ne sais pas… Je dirais dans les 7 milliards environ.

    A ton avis, tu crois que j’en fais partie ?

    Heu… je suis obligé de répondre ?

    Non. C’est bon, tu viens de le faire. Un con c’est peut-être quelqu’un de trop intelligent que personne ne comprend.

    Tu me prends pour un con ?

    Heu… Non, je ne parlais pas pour toi. Est-il facile de repérer un con ?

    Pas du tout car ils se dissimulent sous différentes formes. Il y en a des gros, des vieux, (voilà c’est dit !) des jeunes aussi (ben oui forcément !) des petits, des grands, des sales – sont rarement propres ni riches d’ailleurs – des pauvres…

    Et quand on est con c’est pour la vie ? Car je connais une chanson qui dit…

    Pas toujours, il y a des intermittents mais c’est très rare.

    Tu as remarqué que « con » c’est masculin comme un SS, un toréro… (ça c’est Renaud qui me l’a soufflé.)

    Non mais… ça ne veux rien dire.

    Tu penses être un connaisseur ?

    Je te les repère vite fait.

    Au fait c’est toujours d’accord pour samedi soir ? Mes amis aimeraient savoir ce que tu penses sur des sujets de la plus haute importance.

    Oh, là, là ! Tu fais bien de me le rappeler, j’ai déjà le trac.

    Mais non, n’ait pas peur, tu seras à la hauteur comme d’habitude. Et le samedi suivant, ça te dirait de refaire une partie de Tarot ? Tu m’as épaté dimanche soir, comment tu m’as plumé ! Rââââh ! Je déconne Olivier. Mais quand même si ça te dit pour le Tarot... 

 

Tous ces dialogues ne sont que fiction, en conséquence, toute ressemblance, ou similitude avec des personnages existants ou ayant existé… C’était juste pour taquiner et rappeler que nous sommes toujours le con d’un autre. N’est-ce pas Olivier ?

Retour à l'accueil