Agnes-1.jpg

La marche blanche a réuni, ce dimanche 20 novembre, plus de 4000 personnes. Enseignants, parents, simples habitants du Chambon ou élèves du Cévenol, tous ont manifesté silencieusement leur émotion et sont venus rendre hommage à Agnès…

J’ai vu cette foule impressionnante qui défilait silencieusement. Que ce soit après un suicide ou une mort aussi tragique que celle d’Agnès je me demande souvent : Combien aurait-il fallu de personnes pour éviter ce drame ? Pas 4000, deux où trois auraient suffi. Où étaient-ils ces 4000 à ce moment-là ? C’était avant qu’il aurait fallu se bouger. Quand on sort le cercueil, c’est trop tard. Où étions-nous, tous, lorsqu’elle avait besoin d’aide ? Où étions-nous quand elle criait au secours ?

Alors nous allons encore entendre les « Plus jamais ça. » les promesses de sanctions contre l’administration, contre la justice, contre je ne sais qui… jusqu’à la prochaine fois.       

Retour à l'accueil