9782748390919 r 

Le samedi et le dimanche seront consacrés à l’initiation à la montagne, les dangers, comment escalader, sécuriser ses partenaires, descente en rappel, les cordes, les nœuds, les mousquetons, le baudrier et tout le bazar… Je connais, j’ai déjà passé un été à la montagne. Il fait beau. Je m’en fous. Les deux premières journées passent relativement vite. Vu la tronche que je fais, plus personne ne me pose de questions. Mathieu les aurait-il prévenus ?

C’est le soir dans mon lit que tout chavire. Nous sommes une dizaine dans ce dortoir, mais je suis seul dans cette obscurité. Je me demande ce que je fais là avec ce sentiment d’inutilité, d’impuissance et de culpabilité aussi. Envie de le rejoindre, de le voir, de le toucher, de lui tenir la main. Je me sens mal. Je cherche à refouler toutes ses pensées qui me hantent, je n’y arrive pas. Je pense à lui, je vais mal. Je pleure en silence. Pourquoi lui ?

 

Avant de m’endormir, au moment où je ferme les yeux, je vois souvent une image… une scène… C’est très furtif, certaines m’effraient, d’autres m’enchantent ou me laissent perplexe. Je ne les vois pas toujours, seulement si je suis attentif. Elles sont toujours là, obligé. Mais si je manque de concentration, je passe à côté. Parfois, ce sont des choses incohérentes, des mosaïques interminables qui ne ressemblent à rien. Parfois, des tableaux, des scènes complètes avec tous les détails. Qu’est-ce qui fait qu’on les voit ou qu’on ne les voit pas ? L’envie ? Non, il ne suffit pas d’en avoir envie, ce serait trop facile. Comment puis-je voir tant de choses sous l’écran noir de mes paupières ? Quels signaux mystérieux le nerf optique transmet-il à mon cerveau pour que celui-ci les transforme en visions, et pas n’importe lesquelles, des images bien précises, des films en couleurs. Va-t-il chercher au hasard dans la bibliothèque de mes souvenirs les images qui correspondent le mieux au décryptage qu’il en fait ? Il me les restitue en toute probabilité, comme un enfant répète les mots qu’il a cru comprendre sans en saisir le sens.

Ce soir, j’ai vu une voiture rouler sur une route inondée, c’est une décapotable, nous sommes plusieurs à l’intérieur. Elle roule vite, l’eau gicle de chaque côté. Loin devant, le ciel est chargé de gros nuages noirs. Ce n’est ni beau ni terrifiant, juste inquiétant : pourquoi rouler si vite sur une route inondée ? Et en décapotable sous un ciel d’orage ? Toutes ces choses, je les ai vues avec des précisions et des détails étonnants. Je ne vous le dirai pas, vous me prendriez pour un fou. Peut-être avez-vous les mêmes, peut-être ne les voyez-vous pas !

 

Est-ce la montagne ou la fatigue de la journée, exceptionnellement, ce soir, je trouve le sommeil relativement vite.

 9782748390919 r 

Retour à l'accueil