Alexis-Aubenque---2.jpg 

      Notre jeunesse serait soumise au prosélytisme hétérosexuel ?

      Exactement. Toute l’éducation, parents, école ou émissions éducatives, envisage uniquement l’hétérosexualité. Vous n’imaginez pas la terrible angoisse qu’on peut ressentir quand on comprend que la société nous dénie tout droit d’exister. Elle nous accepte une fois majeurs, mais nous laisse nous débrouiller tout seuls durant l’adolescence, et c’est vraiment l’enfer.

Warren reconnaissait cet état de fait, mais devrait-on dire aux enfants, dès leur plus jeune âge, que la sexualité était un choix personnel ?

      Je suppose, fit-il, sans trop vouloir s’avancer.

Des souvenirs douloureux assaillirent Miller. Quolibets et brimades des autres élèves, déni total de la famille, répudiation  pure et simple par son père… Alors que cela devrait être le plus beau moment de la vie, l’adolescence des homosexuels était trop souvent un véritable chemin de croix. « Et tout le monde s’en moque ou ferme les yeux ! »

 

 

Ce n’est pas moi qui écris tout cela mais Alexis Aubenque dans « Un noël à River Falls. » pages 310. Pour info j’en suis à 98 « fit-il » « fit Callwin » « fit Logan » etc.

 

Retour à l'accueil