College.jpg

Il ne s’agit pas d’une fable de La Fontaine mais de citations que Lionel m’a envoyées. Essayez d’en deviner les origines.

 

1 -  Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l’autorité et n’ont aucun respect pour l’âge. À notre époque, les enfants sont des tyrans. Ils ne se lèvent pas devant une personne âgée, ils répondent à leurs parents, ils sont impossibles !

 

2 - Je n’ai aucun espoir en l’avenir de notre pays si les jeunes d’aujourd’hui doivent être les dirigeants de demain, car ils sont insupportables, inconscients, voire effrayants.

 

3 - Notre époque se trouve dans une phase critique. Les enfants n’écoutent plus leurs parents. La fin du monde n’est plus très loin.

 

4 - Cette jeunesse est pourrie jusqu’au fond du cœur. Les jeunes sont méchants et paresseux. Ils ne seront jamais comme autrefois et ne pourront jamais maintenir notre culture.

 

Bon alors…, si je devais résumer :

Aaaah, mon pauvre monsieur, de notre temps, les jeunes étaient différents. Ils étaient ironiques, arrogants, méprisants, narquois, suffisants, farceurs, désobéissant, malicieux, rebelles, espiègles, voleurs (de cerises pas plus), taquins, moqueurs, frondeurs, dédaigneux, révoltés, maraudeurs, dévergondés, chahuteurs, indisciplinés, impertinents et sarcastiques…   

 

Alors qu’aujourd’hui, ils sont pourris jusqu’à la moelle. Ce sont des tyrans qui ne respectent rien, ni les vieux ni la culture. D’un autre côté, comment pourraient-ils avoir une once de respect pour des aînés aussi méprisants ?  Ils se préparent un avenir – n’ayons pas peur des mots – effrayant ! Sont cruels, paresseux (qui ne l’est pas ?) bon à rien mais prêts à tout… Bref la fin du monde est pour demain !

 

Le comique c’est que ces tristes bilans, dignes de Christine Boutin, ne datent pas d’hier.

 

La première citation est signée Socrate. Comme quoi, on peut être philosophe et très con. La deuxième est d’Hésiode (environ 720 avant JC). La troisième d’un prêtre égyptien, environ 2000 ans avant JC. (Un ancêtre de Christine certainement). Et la quatrième est une inscription relevée sur une amphore vieille de plus de 3000 ans, découverte dans les ruines de l’antique Babylone…

 

Une réflexion m’avait fait sourire dans le film « Le fils à Jo » quand le père (Gérard Lanvin) rentrait au petit matin, la veste en guenilles avec une manche en moins, pour s’être battu avec les abrutis du village voisin. Son fils lui demandait :

- Tu t’es encore battu ?

Car les jeunes sont des tyrans mais des couilles molles, incapables de s’éclater la gueule après avoir bu un coup ! En un mot : des tristes, comme le sera la fin du monde…

 

Voilà, voilà !...

Retour à l'accueil