Winner.jpg 

Parait que nous avons tous remporté au moins une course dans notre vie ! Nooon ! J’ai fait ça, moi ! Et pas n’importe quelle course, nous étions des millions au départ - le marathon de New-York, de la rigolade - pour un parcours à la Fort Boyard… Dans le noir, on y voyait que dalle… ça commençait bien. C’est de là que je dois détester conduire la nuit ! Parait que c’était une question de vie ou de mort, à mon avis ce n’est pas ce qui a dû me motiver…

Bon, vous connaissez l’histoire : la ruée vers l’ovule et que le meilleur, le plus rapide, le plus sportif gagne… Comme on dit au foot : « je vais tous les niquer ces bâtards ! » Quand je vois la tronche de certains winners, à commencer par la mienne, je doute que les choses se soient réellement passées de cette façon. Dès qu’il y a compétition, j’ai tendance à faire deux pas en arrière. Ma devise : « Rien ne sert de partir s’il faut courir en vain ! » Surtout que dès le départ, pour corser l’aventure, deux possibilités : à droite ou à gauche… Quand on y voit que dalle… Mais de toute façon je n’ai jamais su faire la différence et les techniques les plus basiques du genre : « la main droite c’est celle qui a le pouce à gauche » ne m’ont jamais aidé. Quand il y a deux sorties sur l’autoroute je prends toujours la mauvaise et cette fois j’aurais pris la bonne ! Pas possible. Ce n’était pas moi, ou on m’a poussé. Pris dans la cohue, je ne dis pas.

Non, il doit y avoir une autre explication. Je pensais à la chanson : « La tribu de Dana. » Comment devient-il roi de la tribu de Dana ? Ben… pas le choix. « Quand mon regard se posa tout autour de moi, J'étais le seul debout de la tribu; voilà pourquoi… » Comme dans beaucoup de combats ce sont toujours les plus forts, les plus courageux, à bout de souffle qui se font tuer les premiers. Les survivants (Faut pas le dire aux anciens combattants) sont souvent les planqués de l’arrière garde.

Et quand l’ovule arriva… Mon regard se posa tout autour de moi. J'étais le seul debout il n’en restait plus qu’un,voilà pourquoi… pas le choix. Et je fus celui-là ! Pas le plus rapide mais le plus résistant même si je crachais un peu mes branchies. Je les ai tous niquer ces bâtards ! Et depuis… je n’aime plus le foot. Quand on gagne par hasard, il ne faut jamais remettre son titre en jeu.  

Cette version me parait plus plausible. 

 

Retour à l'accueil