Livre - bis-copie-1
Maman, tu dérailles complètement !  Chapitre 4 (8)

 

Plus je déprimais, plus ma mère était radieuse. Elle ne connaissait pas Julien et elle avait trouvé toutes les qualités à Stéphanie. Comme toutes les mamans qui s’inquiètent pour leur fils, elle était rassurée. Pour moi, c’était le contraire. J’éprouvais la même angoisse que la veille au cimetière, celle de l’animal piégé. Pourquoi s’entendait-elle si bien avec toutes mes amies ?

La semaine suivante commença mal. Ma mère m’annonça catastrophe sur catastrophe. Tout d’abord, elle s’était inscrite avec Martine, une de ses collègues de travail, pour participer à la brocante de la ville le dimanche 25 mai.

-     Une brocante ! Merci bien, t’iras sans moi.

-     Ah ne commence pas ! J’aurai besoin de toi pour décharger et pour tout remballer…

Mais la brocante, ce n’était pas le pire !

-     J’ai eu tes grands-parents au téléphone. Ils ont hâte de faire la connaissance de Stéphanie.

-     Quoi ?

-     Oui, je leur ai dit que tu sortais avec elle.

-     Mais maman, comment faut-il te dire les choses ? Je ne sors pas avec elle ! Ce n’est pas ma fiancée. Je ne l’aime pas, c’est juste une amie ! Tu ne comprends pas ? Qu’est-ce que je vais dire à Stéphanie maintenant ?

-     Tu lui diras la vérité : que tes grands-parents et ton père ont hâte de la voir. Je suis convaincue que ça lui fera plaisir.

-     Mon père aussi ?

-     Oui. Pendant que j’y étais, j’ai prévenu tout le monde.

-     Mais maman, ça ne va pas ! Tu dérailles complètement ! Tu ne comprends pas quand je te dis que ce n’est qu’une amie ?

-     Une amie que tu tiens par la main et que tu embrasses sur la bouche, c’est plus qu’une amie ! Et puis ce n’est pas grave. Les jeunes aujourd’hui, vous changez de copine comme vous changez de chemise. Hier, c’était Lætitia, aujourd’hui Stéphanie et demain ce sera une autre, quelle importance ? De toute façon, c’est trop tard. Ils sont tous au courant et tout le monde veut la voir.

 

Retour à l'accueil