Tarot-1.jpg 

Un phénomène qui tend à se généraliser : les invités qui ne partent plus. Vous les invitez pour dimanche midi, à 20H ils sont toujours là et s’accrochent désespérément comme s’ils appréhendaient de rentrer chez-eux. Alors tous les prétextes sont bons pour faire durer : « Et si on jouait au Tarot ! » Quelle idée géniale ! Les cartes c’était bon quand les mecs s’emmerdaient à 100 sous de l’heure les dimanches après-midi, que les DVD et internet n’existaient pas. Mais aujourd’hui, j’avoue que ça me gonfle un peu. Et Olivier qui ne savait pas jouer ! Sentant le calvaire inévitable pourquoi lui avoir dit :

      Tu sais jouer à la Belote ? C’est comme la Belote !

Sauf que… ce n’est pas comme la Belote…

Après lui avoir expliqué deux fois les règles : première partie. Je jetai un regard discret dans son jeu (qu’il me montrait sans aucune pudeur aussi !)

    Oh non ! Je ne le crois pas : il a le petit sec !

Il y a combien de chance pour que cela arrive à un débutant ? Aucune ! Olivier si. Je décidai sur un avis collectif de faire un tour à vide pour le mettre en condition.

Après lui avoir réexpliqué ce que c’était que les bouts, le chien et les atouts etc… Au tour suivant, Olivier prit direct, une pouce. Nous lui laissâmes et il annonça une poignée rien que ça ! Premier tour il avait le petit sec, maintenant une poignée… Avouez que ça dégoute.

      Tu dois nous la montrer.

Il étala ces huit cartes.

      Il en manque une, dis-je.

      Non, répondit Virginie, il y en a huit.

      Mais arrête, c’était juste pour savoir s’il en avait une neuvième !   

      Tu appelles quel roi ? (Nous étions 5, enfin... presque !)

      Roi de carreau, dit-il sans hésiter.

Nous continuâmes de lui donner des conseils :

      Attention, tu ne sais pas encore qui a le roi de carreau.

Il regarda son jeu et ouvrit de grands yeux.

      C’est moi.

      Tu t’es appelé ?

      Je ne l’avais pas vu !

      Là t’es mort mec, on va t’éclater !

      Pourquoi ?

      Ben… tu vas voir.

Il vit.

Deux tours après il reprit encore. Et en pleine partie je le vis qui fouillait dans son chien !

      Qu’est-ce que tu fais ?

      Je reprends un atout !

      Tu as mis des atouts au chien ?

      Ben… tu m’as dit que je pouvais y mettre les cartes que je voulais sauvegarder !

      Oui mais pas les atouts ! Et puis quand tu as mis une carte au chien tu n’as plus le droit de la reprendre.

      A la Belote…

      On n’est pas à la Belote !

      Portant tu m’as dit…

      Bon, tu joues !

      Je mets quoi ?

      Ben un atout.

      Je n’en ai plus.

      Evidement, tu les as mis au chien…

Nous continuâmes la partie en nous demandant qui avait le petit. Avant dernier tour, plus personne n’avait d’atout et le petit n’était pas encore tombé ! Tous les regards se tournèrent vers Olivier.

     Nooon! Ne me dit pas que tu as fait ça ! Tu n’as pas mis le petit au chien ?

      Ben tu m’as dit…

      Mais arrête, je n’ai pu te dire ça !

Et j’ai paumé bien sûr (-380) Marre des débutants mais quand même, il y a longtemps que je n’avais pas ri autant en jouant aux cartes !  

Retour à l'accueil