yorkshire_05.jpg

Aéroports de Paris ! (Hier matin c’était Roissy.) Je m’ennuierais trop s’ils n’existaient pas. Dès la première approche nous entrons dans une autre dimension : l’école de la patience. Même pour passer devant, sans s’arrêter (enfin…, façon de parler, dans les bouchons…) il faut faire la queue ! A l’intérieur…, n’en parlons pas. Heureusement, ces longues minutes perdues ne le sont pas toujours. Ainsi hier matin, pendant que je désespérais goûter un café à 2000 °C dans une tasse en carton, un jeune homme m’a rejoint dans cette longue file d’attente. Pourquoi a-t-on plus de charme, mal réveillé, quand on est jeune ? Huit heures ce n’est pas une heure pour se lever un dimanche et un 30 juin en plus ! Moi, quand je me lève certains matins, j’ai tout sauf du charme…, je pense. (Encore une note que je n’ai pas intérêt à glisser subrepticement dans la poche arrière de mon pantalon…).

A peine m’avait-il rejoint, qu’il relevait avec beaucoup de minutie (vu le temps que cela lui a pris) les manches de sa chemise. En même temps, que peut-on faire d’autre dans une file d’attente ADP ? Prendre des notes peut-être ? Je ne m’en suis pas privé.

Mais revenons à la question du titre : « Peut-on choisir qui aimer ? ». Parfois oui, car tout est possible dans les aéroports de Paris, voyez plutôt. Pendant que j’admirais discrètement cette merveilleuse technique de relevage de manches de chemise, une jeune femme s’exclama en remontant la très longue file d’attente :

- Il n’arrête pas de me suivre le chien.

Un petit Yorkshire qui avait peut-être, dans cette foule surexcitée de départ en vacances, perdu sa maîtresse. Dans ses cas là, quand on en a trouvé une autre…, on ne la lâche pas. C’était ce qu’il faisait. Je l’ai revu plus tard sur les genoux de cette gentille jeune femme qui n’avait pas eu le cœur de l’éloigner.

- Que voulez-vous ? me demanda le serveur.

Hein ? De quoi ? Déjà mon tour ? Je m’étais laissé surprendre. Que le temps passe vite lorsque nous prenons des notes en surveillant des manches de chemise et des Yorkshires !

- Vous m’avez surpris ! dis-je, en glissant discrètement ma petite feuille de papier dans la poche intérieure de ma veste.  

Pour une fois que j’aurais aimé rester plus longtemps dans une file d’attente, en si bonne compagnie. Non, ça, je ne lui ai pas dit.      

 

Comme aux Champs-Elysées, au soleil, sous la pluie, à midi ou à minuit, il y a tout ce que vous voulez aux Aéroports de Paris. Si ! 

Retour à l'accueil