Mariage-copie-1.jpg

Avant d’attaquer mes péripéties lors de mon dernier voyage, quelques mots sur nos chers demeurés de maires en France. (Pas tous heureusement.)  


 Saisi par des maires ne souhaitant pas célébrer eux-mêmes des unions homosexuelles dans leurs communes, le Conseil constitutionnel a statué, vendredi 18 octobre : il n'y aura pas de « clause de conscience » leur permettant de se soustraire à leurs obligations.


A ceux qui invoquaient la « liberté de conscience » les Sages répondent : « le législateur a entendu assurer l’application de la loi par ses agents et garantir ainsi le bon fonctionnement et la neutralité du service public de l'état civil ».

 

Envisageant déjà l’hypothèse d’un refus à leur demande, ils avaient annoncé vouloir saisir la Cour européenne des droits de l’homme.

 

Je pense que là, ils vont être bien reçus. Combien de personnes, condamnés par l’état ou la justice en France, ont trouvé gain de cause devant la cour Européenne ! Qu’elle serve au moins à quelque chose !

 

Car si ces maires refusent aujourd’hui d’appliquer la loi concernant le mariage des homosexuels, pourquoi demain n’en feraient-ils pas autant pour les unions mixtes. Refuser qu’une blanche épouse un noir, un arabe, quelqu’un d’une autre religion, ou tout simplement quelqu’un du village d’à côté qu’ils ne peuvent pas blairer ? On est en plein délire. Ah ! Si le ridicule tuait…  

 

 

Demander à certains maires de réfléchir, c’est demander la même chose à un flic ou un militaire ! Râââhhh, j’déconne !... Mais quand même ! 

Retour à l'accueil