Nadal-1.jpg 

Il fut un temps (que les moins de 20 ans… mais non !... Si je commence comme ça… ça va encore être du grand n’importe quoi cet article.) où j’aimais bien aller à Rolland Garos. Non, pas pour jouer, juste pour me taper le cul sur ces inconfortables sièges et sous les intempéries. Un jour j’en ai eu marre et j’ai décidé d’arrêter, je suis comme ça : une volonté d’enfer parfois… Pas pour tout, juste pour les choses sans importances. 

Hier, par cette sombre journée pluvieuse dont la sécheresse a le secret, j’hésitais entre aller voter ou regarder la finale avec Nadal et Djoko. Finalement, j’ai fait les deux et l’un comme l’autre ne m’ont pas pris plus de temps. Je me suis soudain souvenu pourquoi je ne voulais plus aller voter Porte d’Auteuil.

Quand j’avais un peu de passion pour ce sport, le plus difficile était de trouver des places, tant la vente et la revente, même en faisant partie d’un club, étaient compliquées. Aujourd’hui, vous m’en donneriez que je n’en voudrais pas. C’est en voyant ces pauvres spectateurs (sont pas tous pauvres ? Ben si, ils le sont devenus – pour ceux qui payent – après avoir acheté leur place) sous leur parapluie, transis de froid et trempés comme des soupes… Que je me suis souvenu pourquoi j’étais si bien chez-moi. Même confortablement installé dans mon fauteuil, je n’ai pas tenu plus d’un set. Il est encore des dimanches pluvieux, presque aussi ennuyeux que ceux de mon enfance… Envie de rien, même pas d’écrire… C’est vous dire l’importance du désastre. Ce qui m’a un peu énervé c’est tout ce cérémonial autour de ce sport, des petits esclaves porteurs de serviettes et ramasseurs de balles au garde à vous à chaque coin du terrain (debout pas bouger !) que ces seigneurs ignorent totalement, aux tics de Nadal en passant par les interruption de jeu… J’ai vite jeté l’éponge. Ce n’est que vers 23 heures que j’ai réalisé que je ne connaissais même pas le score… et pour cause !

Hey, sans rire, vous avez vu tout ce cinéma que fait Nadal avant de jouer chaque balle ? C’est du délire. Si j’ai quelques petits conseils Rapha… Tu devrais commencer par changer de sponsors pour tes caleçons et en trouver qui ne te rentrent plus dans la raie des fesses après chaque jeu. Changer de tee-shirt, ou en prendre à ta taille, que tu ne sois obligé d’en remonter constamment chaque épaule comme si tu faisais ton signe de croix. Arrêter de te tripoter le nez, les oreilles et La boule aussi, celle que tu as toujours dans la poche droite de ton short. Si vous ne me croyez pas, regardez le final de la finale cet après-midi et compter les fois où il va se tripoter le trou du cul… Moi, si j’étais Djoko… j’hésiterais à lui serrer la main à la fin du match !

En bref, je t’aime bien Nadal (Djoko aussi) mais si tu pouvais arrêter de m’énerver avec tes tics pourris… Je ne sais même plus pour qui j’ai voté. C’est malin !

Parfois qu’est-ce que c’est chiant les dimanches après-midi.

Ah ! J’oubliais… Une idée comme une autre… La bâche, au lieu de la tirer sur la terre battue si vous en tendiez une plus grande au-dessus du terrain avec un doigt de clim… Non, j’dis ça… j’dis rien...                         

Retour à l'accueil