Tome-2---Nov-2013---3-JPG.JPG

Commentaire à propos du livre « Si tu avais été… », trouvé sur Priceminister.

4 Merveilleux

par stephilar (Voir ses avis) le 29/05/2013

Je ne sais pas si c'est une histoire vécu !!! Les auteurs ont peut être été un peu trop romanesque dans les dialogues des jeunes héros de ce livre, peut être trop littéraire. Mais quelle histoire émouvante, j'ai bien sûr versé des larmes pendant la lecture, j'ai même un peu déprimé... Histoire formidable de deux jeunes garçons tout aussi formidables... Que d'émotion, que d'amour !!! Pourquoi les auteurs ont-ils écrit une fin si tragique ? Pour mieux faire passer le message d’intolérance ?? Lorsque j'ai reçu ce gros livre, je me suis dit que j'en aurai pour un moment, je l'ai finalement dévoré dans la semaine :-( Je suis peut être encore trop ému pour bien faire ressortir mes émotions mais si je retrouve le moral, je pense que je le lirai une autre fois. Je pensai revendre le livre après la lecture mais celui-ci restera dans ma bibliothèque.

***************

Merci Steph pour cet émouvant commentaire. Je ne vais jamais sur Priceminister, heureusement que José est là pour m’y faire penser. Je m’en veux d’avoir raté un tel commentaire.

Même s’il y a beaucoup de vécu dans cette histoire (comme dans le tome 1), l’ensemble du roman est imaginaire. Au risque de passer pour un taré : c’est peut-être l’histoire d’amour que j’aurais aimé vivre… J’aurais souffert moins longtemps. J

Notre intension n’était évidemment pas de saper le moral des jeunes qui vivent ce genre d’amour et de les inciter au suicide. Si le livre ne laisse pas indifférent, c’est que nous avons atteint notre but. Le message, vous l’aurez compris était de dire : « La normalité n’existe pas, laissez-les vivre ». Mais l’amour, qu’il soit homo ou hétéro est à la fois triste et merveilleux.

« Sans amour dans la vie,

Sans ses joies, ses chagrins,
On a vécu pour rien. »

C’est Piaf qui le chantait et elle avait raison. L’amour est tout sauf un long fleuve tranquille.

Pendant la rédaction du manuscrit, entre 2005 et 2007, n’y connaissant rien en homophobie, j’étais allé me renseigner sur Internet. J’en étais resté stupéfait, je pensais que les époques et les mentalités avaient changé. C’était il y a six ans, je n’ose même pas imaginer ce que vivent aujourd’hui tous les Bryan, Kévin et Jérémy  après tout le ramdam homophobe auquel nous avons assisté autour du mariage pour tous.

La France c’est plus de 300 000 tentatives de suicide par an et entre 12 à 13 000 décès, dont beaucoup d’ados qui se meurent d’aimer. Madame Boutin s’en fiche certainement mais c’est une réalité.

Sur ces deux romans, nous nous attendions à beaucoup plus de messages négatifs, ce qui semble confirmer la réalité : les plus grands homophobes sont très souvent des homos contrariés qui n’avoueront jamais lire ce genre de livre.

Ce qui me rassure c’est que plusieurs lecteurs ont réagit comme Guillaume qui nous écrivait :

« J'avais le projet de m'investir dans la vie associative de défense des droits des gays, ce projet sera concrétisé, j'en fais le serment. »

 

Si vous préférez quelque chose de plus léger, lisez « Hugosse ».   

Retour à l'accueil