Chinois-1.jpg 

Il est deux endroits que j’aime bien fréquenter : les restaurants et les aéroports. On y croise souvent des gens étonnants, étranges ou inquiétants.

Hier soir c’était buffet à volonté dans un restaurant chinois, ils ont des crevettes cuisinées avec une sauce épicée, des cuisses de grenouilles panées et à l’ail ainsi qu’un riz cantonais… Humm ! Délicieux !

En face de moi un couple (24/25 ans pas plus) très discret, la nana était en face de moi et le mec me tournait le dos.

Savez-vous comment on reconnaît une nana amoureuse ? Elle ne quitte pas son mec des yeux, elle rit pour un rien (ça c’est ce que je me suis imaginé…) et n’arrête pas de parler… Déjà qu’il l’invitait au restaurant… il n’allait pas en plus lui faire la conversation ! Cette jeune fille n’était pas un top modèle mais elle avait du charme et avait fait des frais de toilette pour sortir : vieux pull gris tout déformé avec le pantalon de survêtement et les baskets qui vont avec, une grosse écharpe autour du cou, les cheveux tirés en arrière et maintenus par une grosse pince blanche… Trop la class mademoiselle. Mais je ne plaisante pas même ainsi vêtue c’est vrai qu’elle avait la class.

C’était peut-être sa sœur ! Non, pas possible, je n’ai jamais vu ma fille regarder son frère de cette façon, je l’aurais remarqué quand même ! Et un autre indice : c’est lui qui a payé. Mon fils n’aurait jamais fait cet affront à sa sœur !

Par contre ce qui m’a choqué c’est que ce jeune homme n’a pas daigné lever son cul pour aller choisir son dessert, il a attendu que sa copine le serve ! Vous commencez mal mademoiselle.

Les fumeurs sortaient pour s’oxygéner les poumons et un jeune (13/14 ans) qui ne fumait pas accompagnait son père à chaque fois, pendant que maman restait à table pour surfer sur son ordinateur portable… Etonnant non ? A cet âge-là ce n’est pas trop la coutume, peut-être était-ce le seul moment où il pouvait discuter avec son père. Ils avaient l’air de bien se marrer.

Au milieu du restaurant, les chinois ont construit en hauteur… comment dire ? Un genre de gloriette, pergola… je ne sais pas comment cela s’appelle avec une grande table ronde pour au moins dix personnes. Et en bas tout autour des « douves » avec des poissons rouges trop bizarres qui n’ont de rouge que le nom et qui tiennent plus de la truite ou du bébé requin tant ils sont bien nourris…

Une petite fille a passé la soirée à essayer de les compter. Mais pas facile, ça bouge toujours un requin. Vous avez de l’avenir mademoiselle, vous n’êtes pas plus douée que les hôtesses de l’air pour compter les passagers ! Par contre bravo pour votre extraordinaire volonté : je ne vous ai jamais vu mettre la main dans l’eau ! Quand, à la fin du repas, nous récupérons Léa (ma petite fille) près des ces fameuses douves, elle a en général les manches relevées jusqu’aux épaules, le pull et le pantalon trempés…

      Tu n’as pas touché aux poissons j’espère ?

      Non, non !

      Ouf ! Je suis rassuré.

Toutes ces descriptions ne sont pas de la fiction, en conséquence, toute ressemblance, ou similitude avec des personnages existants ou ayant existé hier soir à Soissons entre 21H et 23H ne saurait être une coïncidence fortuite !

Retour à l'accueil