neil_armstrong.jpg 

J’adore l’humour même si sorti de l’hexagone j’ai un peu de mal avec celui des autres et inversement. Dans mes bonnes résolutions pour 2012 ne pas oublier de cesser de faire de l’humour quand je suis en Ontario, car je passe ensuite plus de temps à expliquer mes blagues qu’à les faire… Trop dur de ramer tout seul contre la falaise !

 Heureusement il est des blagues qui passent allègrement le cap de la traduction.

Ainsi nous connaissons tous la célèbre phrase : « Un petit pas pour l'homme, un bond de géant pour l'humanité. » Ce que les américains avaient oublié de nous traduire et pour cause, c’est qu’Armstrong avait ensuite ajouté : « And good luck Mr Gorski. »

A son retour sur terre, tout le monde voulait savoir, la CIA en tête, qui était ce Mr Gorski ? Et si le premier homme à marcher sur la lune était un espion communiste ?

Ce n’est que 25 ans plus tard que Neil Amstrong accepta de s’en expliquer.    

 Monsieur Gorski vivait dans l’Ohio. Or une nuit, pendant que le gamin d’à côté s’était infiltré  dans l’arrière-cour des Gorski pour récupérer sa balle de baseball, voici qu’il entendit par la fenêtre ouverte de la chambre Mme Gorski, très en colère, dire à son mari :

—         You want oral sex? You’ll get oral sex the day the kid next door walks on the moon!

Vous avez deviné qui était le môme qui rampait dans l’arrière cour… Une promesse, c’est une promesse… Je vous laisse imaginer ce qui se passa chez les Gorski en cette douce nuit du 20 juillet 1969 !

Retour à l'accueil